Le coup du téléphone

 

(Petite nouvelle pour faire suite au concours de nouvelles inter-établissements
2001-2002 du lycée de Saint-Lô)

 

Jeff Peters est toujours éloquent lorsque la conversation vient à rouler sur l'éthique de sa profession ! Il en fournira encore la preuve à la fin de ce récit.

En temps normal, je n'aurais jamais révélé qui est en réalité Jeff Peters, mais maintenant qu'il est sous les verrous, je peux aussi bien expliquer ce qui s'est passé.

Jeff, je le connais depuis l'enfance. Nous avons fait les quatre-cent coups ensemble. Notre adolescence fut pour le moins tourmentée : destructions et saccages divers, vols de voitures, petits cambriolages... Mes parents m'ont vite remis sur le droit chemin. Jeff Peters, lui, a définitivement mal tourné ! Nous nous sommes perdus de vue durant près de vingt ans. Je suis devenu un homme d'affaire respecté. Il a complètement disparu de la circulation. Sans doute n'aurais-je plus jamais eu de ses nouvelles si je n'étais tombé dessus par le plus grand des hasards la semaine dernière.

Cela s'est passé au Car-Wash de l'éléphant bleu. La voiture précédant la mienne dans la file accaparait toute mon attention. On n'a pas tous les jours l'occasion de coller d'aussi près une Alméo Ropha YZ couleur anthracite, jantes en nid d'abeilles et spooler Tarffoz ! Ma Mégane, derrière, avait l'air d'un cageot, même pas propre. Pourtant, ce qui captiva surtout mon attention, ce fut de découvrir le profil du conducteur lorsque celui-ci se tourna vers le préposé au lavage. Un seul homme au monde pouvait avoir un tel profil : front fuyant, menton prognathe et entre les deux un nez à faire pâlir d'envie un aigle royal ! Jeff Peters ! Je donnai un léger coup de Klaxon. Il se tourna et me reconnut à son tour. Joyeux, il me fit signe de nous retrouver après le passage de nos véhicules entre les rouleaux.

Vingt minutes plus tard nous étions attablés devant une bière à la terrasse du premier bistrot venu. Son Alméo Ropha brillait de mille feux sur l'aire de stationnement. Ma Mégane brillait aussi mais avait toujours l'air d'un cageot. Je n'aurais pas dû la garer juste à côté de la sienne mais il était trop tard pour avoir honte.

- Les affaires vont plutôt bien pour toi, fis-je en désignant son bolide d'un geste du cou.
- Pas à me plaindre, répondit-il avec un étrange sourire avant de faire un sort à sa mousse.

La conversation reprit et dériva naturellement sur nos souvenirs communs, puis sur nos occupations respectives. Et c'est ainsi que j'appris ce que Jeff était devenu.

- Je sais que tu ne me trahiras pas, me murmura-t-il après que je lui eût parlé de mes activités commerciales, lesquelles commençaient à devenir florissantes sans pour autant me permettre de changer dans l'immédiat ma Mégane contre une Alméo Ropha YZ. Et puis qui sait, tu pourrais avoir besoin de mes services ?
- Tu m'intrigues, vieux. Je croyais sincèrement que tu avais mal tourné !
- Question de point de vue, répliqua-t-il évasivement. J'exécute des contrats. On me paie, je tue !
- Quoi ? Tu ne veux pas dire…
- Si !

D'un seul coup le monde parut vaciller autour de moi. Mon vieil ami, un tueur à gages ! Malgré le choc, je n'étais qu'à moitié surpris. Il fallait bien avouer que cette " profession " collait parfaitement au personnage ! Une part de moi-même, et pas la meilleure, se demanda crûment combien il fallait exécuter de " contrats " avant de pouvoir s'offrir un tel carrosse. Mais mon ami avait raison sur un point : je ne le trahirais pas ! Non seulement parce que ce n'est pas le genre de la maison, mais surtout parce qu'il avait vu juste sur l'autre point. Qui n'a jamais souhaité, même en théorie, faire appel à un tueur à gages pour régler certains soucis ? J'y avais songé le matin même ! Un concurrent gênait sérieusement le développement de mes affaires. S'il pouvait disparaître ainsi que son héritier direct, l'opération financière que je projetais de mener ne serait plus qu'une formalité. Ce que c'est que le hasard tout de même !

C'était l'occasion ou jamais. Je fis affaire avec Jeff. Je ne préciserai pas ici le montant de notre petite transaction, ni l'identité des " bénéficiaires " de ce fameux contrat. Celui-ci n'ayant pas été exécuté, et pour cause, ces précisions ne sont d'aucun intérêt pour le présent récit. Nous nous quittâmes enchantés de nos retrouvailles, moi espérant recevoir bientôt de très bonnes nouvelles et lui une enveloppe gonflée de gros billets. De quoi renouveler l'équipement complet d'une Alméo Ropha YZ, bouton d'allume-cigare en nacre compris !

Je reçus un coup de téléphone de Jeff le lendemain.

- Ça ne va pas !, commença-t-il. Je ne peux pas exécuter ce contrat.
- Mais qu'est-ce qui se passe ?
- Quand tu m'as demandé de liquider ton concurrent ainsi que son fils, tu ne m'as pas précisé que le fils en question n'avait que dix ans ! Je ne fais pas les enfants, question d'éthique !

Cette réponse me laissa sans voix ! Question d'éthique ? Jeff était un tueur à gages avec des principes, c'était bien ma veine !

- Mais… Mais…, tentai-je d'argumenter.

Voulait-il me soutirer plus d'argent ? Avait-il réellement de tels principes ? Je n'eus pas le temps de réfléchir à ces questions. Son cri me fit sursauter.

- Merde !, jura-t-il dans le téléphone.

Je perçus encore le bruit d'un choc violent, une sorte d'explosion, puis ce fut le silence. J'appris ce qui s'était passé le lendemain par les journaux. Un conducteur qui téléphonait en conduisant avait fauché un gamin traversant la chaussée sur un passage pour piétons. Il avait ensuite embouti une voiture en stationnement. Le gosse s'en tirait avec une jambe cassée. Jeff était à l'hôpital, sous bonne garde policière, commotion et nez cassé. L'airbag avait joué son rôle, assommant le conducteur avant qu'il n'ait le réflexe de prendre la fuite. Les policiers avaient retrouvé des armes sous la banquette arrière et assez d'indices pour inculper ce personnage d'un nombre incroyable d'assassinats ! Quand je vous disais que Jeff savait être éloquent lorsque la conversation roulait sur l'éthique de sa profession…

 

FIN

© ® Auteur : Claude Thomas, texte déposé.

Menu des Nouvelles